Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
logo_BNIM.png
Capture.PNG
La B.N.I.M. est sponsorisée par:
xin_212020605140612503478.png
3098006541_1_3_09v3jKla.png
La production littéraire de l'ile Maurice a été importante dès le XVIIIème siècle. Au XVIIIème et XIXème siècle nombre de ces œuvres ont été publiées sur des presses et chez des éditeurs locaux et ont connu une diffusion restreinte et localisée. D'autre part, à défaut de maisons d'édition, bon nombre d'écrivains n'ont publié leurs écrits que dans les journaux et des revues de l'époque (Le Cernéen, Le Mauricien, Advance, L'œuvre, Savez- vous que, L'Essor, Zodiaque, Sève, Verger, Indian Cultural Review,) Certaines de ces publications qui nexistent qu'en un seul exemplaire aujourd'hui ne se trouvent que dans de rares bibliothèques ou dans les collections particulières, donc inaccessibles au grand public. Ces ressources rares commencent à montrer les signes d'une dégradation naturelle due à l'usure, rongée par l'acidité du papier et par l'humidité. De part leur état de vétusté, ces ressources rares ne sauraient résister longtemps à l'usage du temps. Il est capital de préserver et de valoriser ce patrimoine écrit, mémoire de l'Ile Maurice. Devant les difficultés à trouver des textes du XIXème et de la première moitié du XXème, seules les œuvres des auteurs contemporains sont étudiées dans les universités en fonction de leur disponibilité. Dans de telles conditions, la littérature mauricienne en générale, d'une grande richesse est restée inconnue au grand public comme aux étudiants d'où la méconnaissance de leur intérêt. En tenant compte des capacités d'usage des nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication et des comportements et approches de la nouvelle génération d'usagers vis-à-vis de l'information et ses différents formats, la BNIM qui est à vocation patrimoniale sest donnée pour objectif d'avoir recours au processus de numérisation de ces ressources rares, pour les sauvegarder et valoriser le patrimoine écrit mauricien et permettant ainsi d'éviter aux documents les plus fragiles les dégradations d'un usage répété. Dans son plan d'action, la BNIM prévoit la numérisation au format PDF d'au moins 150 ouvrages + 300 chroniques/ écrits annuellement. Des discussions avec les auteurs mauriciens et les ayants droits qui ont imprimé leurs œuvres à compte d'auteur et qui ne sont pas encore dans le domaine public ont montré qu'ils sont quasi unanimes à donner leur accord pour numériser et insérer leurs publications sur le site. Ceci en raison des difficultés rencontrées à promouvoir leurs œuvres et sera un moyen de se faire connaitre au delà de nos frontières. Les œuvres encore sous "copyright" seront numérisées seulement après l'obtention de l'autorisation en bonne et due forme. Le répertoire de la BNIM est une littérature de collecte faite sur un vaste travail de recherche bibliographique et de collecte de texte qui a demandé plus de dix ans. Il sera un répertoire libre de livres numérisés respectueux du "copyright" et interrogeable par n'importe quel moteur de recherche. Elle sera un outil de démocratisation de la culture en étant disponible à tous, à distance. Le texte pour l'édition numérique correspond au texte original de l'œuvre tel qu'il a été publié dans l'édition originale. La BNIM mettra à disposition, d'une façon aussi complète que possible, l'ensemble de la littérature francophone écrite de l'ile Maurice, des origines (XVIIIème siècle) jusqu'à nos jours. Elle permettra notamment à un large public d'avoir accès à des documents anciens ou rares, dont la consultation est très souvent difficile en raison des mesures de conservation de ces documents et aidera à promouvoir les échanges internationaux et interculturels, à travers l'internet et de contribuer au développement du savoir. La BNIM qui constitue désormais une alternative, ouvrira de nouveaux horizons et aidera à faire connaitre l'Ile Maurice à travers son patrimoine écrit. La BNIM est sous la responsabilité de Vinod Appadoo, bibliothécaire pendant plus de quarante ans au Centre Culturel Français Charles Baudelaire / Institut Français de Maurice.
Rectanglefacebook.png logo_viadeo.png